Plongée dans la XR canadienne – Portrait de Couzin Films

You are reading

Plongée dans la XR canadienne – P ...

Couzin Films portrait de Ziad Touma

Dans le cadre d’une initiative des services culturels de l’Ambassade de France au Canada, avec le soutien du Consulat général de France à Québec, coordonnée par l’Alliance Française de Vancouver et  en collaboration avec Xn Québec, nous vous proposons une série de portraits de l’industrie de la réalité étendue (XR) au Canada. Nous vous invitons à découvrir les talents canadiens qui se cachent derrière les studios techno-créatifs répertoriés dans notre cartographie, à travers une série de portraits discutant leur histoire et leur vision de l’industrie de la XR. 

Ce premier profil se penche sur Couzin Films, à qui l’on doit l’une des premières coproductions Canada-France en réalité virtuelle : Les Passagers.

Couzin Films portrait de Ziad Touma

Cet entretien avec Ziad Touma (Couzin Films) a été mené par Philippe Bédard (Québec/Canada XR) le 9 juin 2021, au moment de la première mondiale de Les Passagers : L’enfant à Tribeca (9-20 juin 2021).

Profil d’entreprise : Surfer sur la vague technologique

Ziad Touma fonde Couzin Films à Montréal en 1999, se donnant comme mandat de produire du contenu audiovisuel de grande qualité, alliant diversité culturelle, réflexion sociale, innovation artistique et potentiel commercial. Active dans le domaine du cinéma et de la télévision, la compagnie opère aussi dans le monde des médias interactifs et immersifs depuis maintenant deux décennies. On lui doit des projets qui vont du cinéma à l’intelligence artificielle, en passant par des projets Web interactifs comme le site du film Saved by the Belles (2003) coproduit avec BlueSponge (Grand Prix Boomerang en Arts & Culture et une nomination aux Prix SXSW), du développement d’une application mobile (Cell-la-vie) et le jeu en réalité alternée Le judas (coproduit avec Kngfu pour Radio-Canada). Du multimédia, aux nouveaux médias, puis à la XR avec Les Passagers, Couzin Films a su suivre la courbe technologique.

Lui-même producteur, réalisateur et scénariste, Ziad Touma raconte que sa compagnie est née d’un désir de faire ses propres productions, mais que bien vite cette passion s’est élargie :

« J’étais tellement excité par le   processus de production que j’ai voulu accompagner d’autres cinéastes dans leurs démarches. J’ai donc ouvert la porte à travailler en développement et en production avec d’autres créateurs et créatrices. »

Toujours à l’affût, Ziad explique avoir suivi l’évolution des technologies au fil des années. Naturellement, cela lui a également demandé de suivre les changements des portfolios de financement qui, au Canada, valorisent depuis quelque temps l’innovation technologique.  C’est le cas du Fonds des Médias du Canada et de son programme expérimental qui « encourage le développement de contenus de médias numériques interactifs et de logiciels d’application qui sont à la fine pointe de l’innovation » (Source : FMC). C’est notamment dans le cadre de ce programme que Les Passagers a trouvé son financement au Canada, la portion française venant principalement du CNC et de la Région Occitanie, via la société Les Produits Frais (Oriane Hurard). 

Un nouveau canevas

Pour Ziad, chaque plateforme est un nouveau canevas : chacune présente des défis particuliers, mais aussi des opportunités uniques. « En travaillant dans chacun de ces médiums », raconte-t-il, « j’apprends à connaître une gestion de la créativité qui est différente, mais aussi des financements, des défis et des pratiques de travail qui sont différentes d’un milieu à l’autre ».

« J’aime polliniser chacun des
médiums dans lesquels je travaille. Ça permet d’apprendre les avantages et
les désavantages de chacun.
Je trouve ça fascinant d’être capable de prendre le meilleur de chacun des mondes et de trouver la façon idéale de travailler. »

« Ce que j’aime, au fond », résume Ziad, « c’est d’être dans l’invention ou dans la réinvention. Innover, c’est essayer de faire du nouveau, dans le contenu ou dans la forme, peu importe le médium. La XR nous permet de faire ça ! ». Malgré ce souci constant pour la réinvention, une chose ne change pas : C’est la force du récit qui compte, peu importe l’outil utilisé. « Le point commun de tous nos projets reste l’essence même de l’histoire, les thématiques abordées, le développement des personnages, les courbes dramatiques, le ton, les dialogues, etc. » explique le producteur.

Ziad Touma Couzin Films studio xr canada
Au centre : Ziad Touma lors du 1er atelier de discussion organisé par Québec/Canada XR

Ainsi agnostique face aux différents médias ou technologies, Ziad préfère le terme storyteller qui, contrairement aux titres de cinéaste ou de vidéaste, n’est pas enraciné dans un médium ou une plateforme en particulier. « Je préfère penser qu’on est des créateurs de contenus ou des conteurs d’histoires qui cherchent à rejoindre des publics, peu importe la plateforme », nous a-t-il dit.

« Le but, au final, reste celui
d’émouvoir les gens de multiples façons, les confronter à différents points de vue pour les faire réfléchir à leur propre existence. »

Les Passagers : L'expérience d'une coproduction Canada-France en XR

Les Passagers est une expérience de réalité virtuelle épisodique à la première personne centrée sur quatre personnages qui voyagent à bord d’un train. Chaque épisode nous fait voir le même trajet du point de vue d’un personnage différent, chacun avec une esthétique qui lui est propre : Elle (aquarelle), Lui (peinture à l’huile), l’Enfant (feutre) et la Dame (fusain). L’usager change le cours de l’histoire avec son regard, sa voix et ses gestes. Les deux premiers épisodes (ELLE et LUI) furent présentés en compétition au festival NewImages de Paris et au Festival du Nouveau Cinéma de Montréal à l’automne 2020, puis à SXSW en mars 2021. Pour sa part, l’épisode qui met en vedette l’enfant (troisième partie de la série) vient d’avoir sa première mondiale au festival Tribeca à New York, de même que sur le Museum of Other Realities dans le cadre du partenariat XR3.

« Plongez dans la tête de l’un des Passagers voyageant en train, et aidez-les à traverser une véritable tempête intérieure »

C’est à l’occasion du festival Tous Écrans à Genève (ancêtre du GIFF) où ils étaient tous deux jurés dans la compétition “Expériences numériques et interactives” que yako (Jean-Christophe Yacono) et Camille Duvelleroy ont eu l’idée originale qui a inspiré Les Passagers. Accompagnés de Nicolas Peufaillit, co-scénariste du film Un Prophète, les deux créateurs se sont mis à imaginer ce qu’il pouvait bien se passer dans la tête des passagers lors de longs voyages en train. Avant qu’ils ne reviennent au Québec pour présenter l’idée à Ziad Touma, ce dernier nous raconte que yako a fait la rencontre d’Oriane Hurard, qui travaillait alors au festival, et de Nicolas Peufaillit, co-scénariste du film Un prophète (Jacques Audiard, 2009). On les connaît aujourd’hui comme coproductrice et auteur du projet, respectivement. Ainsi, depuis le tout début, Les Passagers est le fruit d’une collaboration naturelle entre le Canada et la France. « Quand yako m’a confié le projet, c’était déjà une vraie coproduction organique » nous explique le fondateur de Couzin Films.

the passengers studio XR Couzin Films équipe de production
L’équipe de production sur les lieux du tournage en prise de vues réelles

Co-produit par Couzin Films et Les Produits Frais, Les Passagers bénéficie du soutien financier en production du FMC, du CNC, de la SODEC, ainsi que de la Région Occitanie. Lors de l’étape de développement et de prototypage, le projet se mérite également un financement de France télévisions nouvelles écritures, VIA Rail, Pictanovo, l’Adami et la bourse Beaumarchais-SACD. En plus de ces aides au développement, plusieurs studios ont également contribué au projet en services, notamment Dpt., Mocaplab et Post-Moderne. D’autres encore ont aussi participé à la production, dont Novelab, Satore Tech, Rümker, et Accordex. Après une première étape de développement et prototypage (2016-2018), Les Passagers entre en phase de production (2019-2021). 

En 2016, Les Passagers fait la tournée des ateliers de développement. Au cours de l’année, les équipes canadiennes et françaises se retrouvent ainsi au New Frontier Story Lab du Sundance Institute, au Lab Emergence de Banff, de même qu’au tout premier Atelier Grand Nord VR de la SODEC (maintenant l’Atelier Grand Nord XR). Le projet puise ses origines et a toujours été empreint d’une volonté collaborative : « Depuis la conception, Oriane et moi avons chapeauté le projet. Je suis allé filmer en France, elle et Nicolas sont venus pour des rencontres d’écriture à Montréal. On a travaillé conjointement tout au long, depuis le début ».

The passengers ziad touma et oriane hurard studio xr Couzin Films
Ziad Touma et Oriane Hurard avec les acteurs en pleine tenue de capture de mouvement
La répartition des tâches et la disponibilités des sources de financement a mené le projet d’un bout à l’autre de la France et de part et d’autre de l’Atlantique. En raison du soutien de Pictanovo, une première étape du tournage se fait à Roubaix au moment du développement. Ensuite, c’est autour de Montpellier, avec le soutien de la Région Occitanie, que l’équipe se rend pour le tournage des séquences en prises de vues stéréoscopiques tandis que l’étape de la capture de mouvement avec Mocaplab et l’enregistrement des voix-off se déroule en région parisienne. Les Passagers revient ensuite à Montréal où toute la programmation, la direction artistique, l’intégration, l’interactivité et la part belle de la production finale prennent place chez Dpt. Bien qu’elle n’ait pas encore pu être présentée en personne, la portion installative de l’expérience est conçue par Rümker et construite par Accordex, tous deux à Montréal.

Défis et apprentissages

Dans un projet comme celui-ci — à notre connaissance, l’une des premières coproductions Canada-France en XR, après The Enemy (2016-2017) — il n’est pas question que d’innovation technologique. Il était également nécessaire d’inventer de nouvelles stratégies financières : « Il fallait trouver les fonds. On était à la découverte d’un modèle d’affaires, de la mise en marché ; tout est à inventer ! » raconte Ziad.

« Avec un seul et même objet, il a
fallu repenser le projet et l’adapter aux demandes des instances financières de chaque pays. »

« Ce qui est particulier », ajoute-t-il au sujet du montage financier du projet, « c’est que chaque fond d’aide a ses propres objectifs et ses particularités de financement.  Avec un seul et même objet, il a fallu repenser le projet et l’adapter aux demandes des instances financières de chaque pays ». Pour un projet comme Les Passagers, présenté tel qu’il l’a été auprès de plusieurs programmes de financement, il a fallu légèrement modifier l’approche auprès des différents bailleurs de fonds. Ziad donne ainsi comme exemple l’intérêt plus marqué pour l’innovation technologique dans le contexte du Fonds des Médias du Canada et, d’un autre côté, l’accent que met le Centre National du Cinéma et de l’Image Animée, en France, sur la narration. Or, à travers tous ces changements : « Il faut s’assurer que le projet reste intègre et que ces légères adaptations le bonifient au final », nous rappelle-t-il.

L’enjeu de la transformation du projet s’est également ressenti dans le long processus d’écriture, de prototypage et de production. Force est d’admettre que la technologie a fait des avancées exponentielles pendant que le projet passait à travers ces différentes étapes. Il fallait donc aussi assurer une adaptation constante aux nouveaux outils et aux nouvelles pratiques.

Pour Ziad, la coproduction n’amène pas que de l’argent ou de nouveaux territoires de distribution: « Bien sûr que ça aide, mais il n’y a pas que ça ». L’intérêt, ajoute-t-il, « c’est aussi de confronter la scénarisation pour voir si elle résonne à l’international. C’est la même chose des deux côtés. On a des sensibilités, des valeurs différentes ». Il faut donc se demander : « Comment faire une œuvre qui sait rejoindre des gens au-delà de son propre pays ?». À ce sujet, le réalisateur explique : « La communication et la transparence sont à la base du travail. Après tout, on partage la parentalité du projet. Toutes les décisions doivent être prises ensemble. Il faut constamment se parler. »

The passengers oeuvre XR Couzin Films
Les Passagers: Elle et Lui

Regard vers le futur : favoriser les coproductions

Maintenant bien avancé dans son projet de coproduction pour Les Passagers, Ziad en tire plusieurs leçons précieuses, de même qu’une meilleure connaissance des bonnes pratiques pour d’éventuelles futures coproductions internationales. Les étapes de développement et de production de projets XR peuvent s’avérer très longues, mais la durée des processus décisionnels de financements l’est également. Pendant ce temps, les technologies évoluent rapidement. Il faut donc trouver des moyens de travailler mieux et plus rapidement, notamment en favorisant un processus itératif.

 Il faut  aussi que de nouveaux et meilleurs accords soient signés entre nos deux pays pour favoriser la collaboration. Faisant écho à l’un des intervenants de l’enquête sur la distribution XR en cours chez Québec/Canada XR, le producteur explique que : « Nos accords de coproduction sont très vieux et ne reconnaissent pas encore les productions numériques ». Ainsi, bien qu’il soit aujourd’hui de plus en plus commun de voir émerger des coproductions internationales, il reste encore du travail à faire pour faciliter la chose et encourager les échanges.   Le fait de reconnaître officiellement ces ententes de coproduction qui se font de plus en plus courantes dans le milieu de la XR aurait entre autres pour effet d’ouvrir la porte aux crédits d’impôts : un incitatif important, voire crucial dans certains cas.

Cartographie de la XR au Canada

Vous souhaitez développer une collaboration avec le Canada ? Découvrez les studios immersifs et techno-créatifs canadiens en consultant notre répertoire vivant de la XR au Canada. Votre studio canadien n’apparaît pas dans notre cartographie? Faites rayonner votre studio, vos expertises et vos principaux secteurs d’activités en remplissant le formulaire d’inscription suivant pour bénéficier de sa visibilité.

More Articles for You

Deep Dive into canadian XR – Portrait of Infinite Frame Media

Version française As part of an initiative led by the cultural services of the French Embassy in Canada, with the support

Plongée dans la XR canadienne – Portrait d’Infinite Frame Media

English Version Dans le cadre d’une initiative des services culturels de l’Ambassade de France au Canada, avec le soutien du Consulat

Plongée dans la XR canadienne – Portrait de MAMMOTH XR (AB)

English version Dans le cadre d’une initiative des services culturels de l’Ambassade de France au Canada, avec le soutien du

Deep Dive into Canadian XR – Portrait of MAMMOTH XR (AB)

Version Française As part of an initiative led by the cultural services of the French Embassy in Canada, with the support

Points de vue sur la Distribution XR — Sebox Hung (VR FILM LAB, Taïwan)

Avant la publication de son Enquête sur la distribution XR, Québec/Canada XR se réjouit de partager quelques-unes des entrevues que

Insights into XR Distribution — Sebox Hung (VR FILM LAB, Taiwan)

Ahead of the publication of its Study on XR Distribution, Québec/Canada XR is delighted to share some of the interviews